Institut des Territoires Coopératifs

9 novembre – Poinfor

9 novembre, Chaumont (Haute-Marne) – Rencontre avec les acteurs de :

Poinfor

Son action

Poinfor est une entreprise de formation pour adulte, agissant à partir de 5 lieux, en Haute-Marne (Langres, Chaumont), dans l’Aube (Saint Dizier, Troyes) et dans l’Yonne (Migennes).

Poinfor est née de la fusion de plusieurs association d’éducation populaire, engagées pour développer l’accès à tous à la formation tout au long de la vie, et à accompagner les besoins de compétences des territoires et de leur tissu économique.

Poinfor est une SCOP d’une quinzaine de salariés.

Ce qu’ils retiennent de la journée

Des résonances avec nos travaux

Avec tous les collectifs que nous rencontrons désormais, nous reprenons dans notre journal d’itinérance trois points clés que la rencontre a permis d’explorer et de questionner.

Avec les acteurs de Poinfor, l’exploration des principes d’action aura été menée à plusieurs niveaux : au sein de Poinfor, entre les salariés-associés,  les salariés et les stagiaires, entre Poinfor et les organismes de formation du territoire, entre Poinfor et les autorités de gestion de la formation professionnelle…  La pertinence des principes d’action quel que soit le niveau considéré, illustre leur caractère  hologrammatique . “La partie est inscrite dans le tout et le tout est inscrit dans la partie” (Morin et Le Moigne, 1999) : nous retrouvons les mêmes principes d’action aux différents niveaux de coopération dans la structure.

Ainsi par exemple, prenons la question de la place (celle qu’on prend, qu’on laisse, qu’on croit prendre, qu’on empêche l’autre de prendre…). Nous l’avons explorée a un premier niveau : la salariée de Poinfor. Elle se traduit notamment dans les relations avec son responsable, ses collègues, la répartition des rôles… Lorsque cette salariée devient associée de la SCOP, la question de la place évolue puisqu’elle devient, avec les autres associés, décideur du devenir de l’entreprise. Lorsque cette même personne est en position de formatrice avec des stagiaires, la question de la place qu’elle prend dans l’acte de formation, et celle qu’elle laisse au stagiaire pour qu’il se mette également en responsabilité sera déterminante.

De plus en plus souvent, Poinfor conçoit ses dispositifs d’intervention en collaboration avec d’autres centres de formation. La question de la place prend alors une couleur différente : sommes-nous co-auteurs, en coopération ? Sommes-nous dans une alliance pour répondre à un marché ? Sommes-nous dans une répartition des espaces de chacun pour éviter une concurrence dommageable ?… Enfin, avec les donneurs d’ordre qui élaborent des cadres législatifs,  Poinfor doit y trouver un espace pour répondre aux besoins des stagiaires et des territoires. Sommes-nous dans une logique de sous-traitance, de prestation ou de partenariat…?

Chacun des principes d’action sont à l’œuvre à tous les niveaux d’interaction entre les acteurs. Avec bien évidemment, des récursions entre ces niveaux : comme le dit Claude pendant la rencontre “le dehors influe sur le dedans”. Par exemple le type de relation que l’on va nouer avec les donneurs d’ordre impactera les relations que l’on aura avec les stagiaires.

Le caractère hologrammatique s’illustre ainsi d’une manière verticale, pourrait-on dire. Il s’illustre également de manière horizontale : chacun des principes d’action “encapsulant” les autres. Par exemple, la question de la place renvoie au mode de relation que l’on entretient avec les autres. Certains évoquent d’ailleurs la peur d’empiéter sur l’espace de l’autre comme principal guide pour “trouver” sa propre place, ou pour veiller à “rester à sa place”.  Pourtant, pour trouver sa place, n’est-il pas nécessaire d’apprendre à questionner l’autre, de manière à explorer conjointement le rôle de chacun, les limites, les possibles, les opportunités… Or, trop souvent, nous faisons les questions et apportons tout seul les réponses. Les participants de Poinfor à la rencontre parlent même avec une pointe d’autodérision de leur grande capacité à le faire, et d’en faire un sport collectif ! Du principe d’action sur la place, nous passons à celui sur les questions et les réponses. Apprendre à questionner (pour être co-auteur, et donc co-opérer) nécessite de dépasser un véritable frein à la relation : notre propre subjectivité. On peut le vouloir (intention) et ne pas y parvenir (comportement) : un troisième principe d’action entre alors en œuvre…

Dans un environnement qui exacerbe la concurrence et fonctionne traditionnellement sur des logiques d’appel d’offres, passer progressivement à une logique de proposition et d’appels à projets nécessite d’interroger ses manières de coopérer et ses propres processus coopératifs. Comme Claude le dit en conclusion de la rencontre, cela nécessite de réfléchir aux moyens que l’on donne à la coopération et au temps que l’on se donne pour les construire.

L'InsTerCoop est un centre de ressources pour croître en maturité coopérative et faire de la coopération un levier de développement, de résilience et d'innovation au service des personnes, des organisations et des territoires.